Facebook: La chasse aux mentions “j’aime”

Facebook a annoncé qu’il allait faire la chasse aux mentions “J’aime” suspectes, qui ne viennent pas de personnes réellement intéressées pour soutenir des pages sur le réseau social.

“Nous avons amélioré les efforts de nos serveurs pour retirer les mentions +J’aime+ qui auraient été gagnées par des moyens violant notre politique de service”, a indiqué l’équipe chargée de la sécurité chez Facebook sur son blog.

“Ces efforts visent à retirer les +J’aime+ gagnés par le biais de faux comptes ou de tromperies”, ajoutent les ingénieurs de Facebook qui font aussi référence à des achats en gros de mentions “J’aime”. Le réseau social permet depuis longtemps à ses utilisateurs de soutenir des pages en cliquant sur un onglet “J’aime”.
Un grand nombre de “J’aime” permet de voir combien de fans une page rassemble, notamment pour les pages de marques commerciales.

“Cette amélioration permettra aux pages de produire des contenus plus pertinents et intéressants, et les marques auront une meilleure idée du soutien qu’elles rassemblent autour de leurs contenus”, a encore précisé l’équipe de sécurité de Facebook. Le réseau social, basé en Californie, espère réduire à moins de 1% la part des mentions “J’aime” suspectes grâce à ses efforts en la matière.

Thierry Barbaut

Auteur de l’article : Thierry Barbaut - Stratégie numérique, expert Afrique

Thierry Barbaut est spécialisé en stratégie numérique et économique avec un focus Afrique. Thierry Barbaut a effectué plusieurs centaines de déplacement dans plus de 45 pays en Afrique. Expert en plateformes de services, économie, innovation, startup et entrepreneuriat, ODD, smartCity, e-Government. Observateur engagé et passionné de l'écosystème numérique en Afrique depuis 20 ans ou il participe à de nombreux projets dans plus de 25 pays. Auteur et conférencier sur l'Afrique, l'innovation et les nouvelles technologies. Jury et instructeur sur les challenges pour les startup africaines de l'innovation. Thierry Barbaut a fondé Info Afrique en 2008 avec objectif de valoriser de manière positive le continent. Il est directeur de la transformation numérique de l'ONG La Guilde depuis 2013.