Archives de catégorie : Web & e-commerce

Smartphones are changing lives in Africa

The recent pace of economic growth in sub-Saharan Africa has undeniably been of enormous benefit to the continent

Countries such as Angola, Ghana, Mozambique, and Nigeria have profited from high levels of foreign investment and commodity exports, enabling them to invest in much-needed infrastructure. While this has certainly led to societal transformations, it has also exacerbated the gap between new technologies and old, often defective systems.

Much of sub-Saharan Africa continues to be plagued by poor access to electricity, sporadic Internet coverage, and weak governance—none of which is promising for the development of the latest technologies. These obstacles, while challenging, have nevertheless provided fertile ground for innovations using an already widespread technology: the mobile phone.

jeune-africain-telephone-mobile-afrique

One of the most important advances in mobile technology has been the rapid growth of mobile banking. Africa has been and continues to be one of the most un-banked populations in the world. Millions of Africans are paid in cash, have no access to social security or financial services, and don’t pay taxes. Mobile banking works to alleviate this problem by offering individual users a convenient way to make payments at retailers with only a basic mobile phone that uses near field communications (NFC), meaning that no Internet connection is necessary. Likewise, in Kenya, Safaricom pioneered mobile money transfers, enabling individuals to easily transfer money to a friend or relative via SMS. The service, called M-Pesa, has reached millions of people who previously had no access to financial services. Such services, while basic, help to improve security, offer a more flexible way to manage funds, and allow individuals to manage their income in a structured way.

Mobile payments also enable consumers to make long-distance purchases, thereby opening retailers up to a diverse body of consumers, irrespective of geography. Since payment is made through a mobile phone, the transactional cost to the retailer is much lower than debit or credit card processing fees. Banks across the continent are also opening their doors to new customers. For instance, in Angola, Banco Angolana de Investimentos (BAI) launched the e-Kwanza, a phone application through which new customers can register and set up their accounts for free.

SMS is also becoming an increasingly invaluable tool in the provision of health care services for those living outside of major urban areas. In Kenya, health care professionals are able to stay in touch with individuals living with HIV through the Weltel Project, while in Nigeria, SMS is being used to track the distribution of mosquito nets.

Mobile technology is also creating business opportunities for entrepreneurs working to develop new health care solutions. Health insurance is one such industry sector. One of the world’s largest “micro-insurance” companies, MicroEnsure, has built a business through the provision of mobile-based health insurance in collaboration with mobile network providers. The company has offices in Ghana, Kenya, Mozambique, Rwanda, and Tanzania, and provides insurance services to some of the poorest people on the continent—even those living on less than $4 a day. To date, the company has around 4 million customers.

It is in the business arena that mobile technology is proving to be especially fruitful from a socio-economic perspective. A recent research paper from Forbes Africa in collaboration with Djembe Communications showed that the vast majority of young Africans (around 80 percent) would rather work for themselves than for an existing company—a prospect made more viable by access to mobile technology. In the agricultural sector, which accounts for roughly 60 percent of the continent’s export revenues, young entrepreneurs are creating new solutions for farming industries. M-Farm delivers real-time market information to farmers, helping them to better understand the true market price of crop supplies, as well as to negotiate more advantageous prices with wholesalers and importers. Other simple mobile phone ideas include iCow, which delivers a breeding calendar for cows’ gestation periods, in addition to providing farmers with advice on the best breeding practices.

The mobile phone’s educational capacities aren’t limited to the farming sector. A pilot program in Uganda called MobiLiteracy Uganda uses SMS and audio technology to support home learning, offering daily reading lessons in local languages via the parent’s mobile phone to students who are unable to physically attend classes. Because the lessons are delivered by SMS and audio, illiterate parents are also able to participate. In Kenya a 32-year-old teacher has created a mobile phone-based teaching platform, which acts as a virtual tutor and teacher’s assistant, enabling students to access all of their courses outside of the classroom. It is a for-profit business whose success is based on a high volume of low-cost users. As of November 2015 the service had 500,000 customers.

Utilizing existing technology is a smart way for entrepreneurs to create much-needed solutions across Africa. Foreign direct investment and top-down government investment will continue to improve infrastructure, but in the meantime there is money to be made through the most basic mobile phones. Young business leaders across the continent are creating new solutions, but they remain frustrated by poor access to capital, which prevents them from investing in order to expand. Lack of capital is an ongoing issue in Africa, which is why many young businesses look towards foreign investors for help. There are an increasing number of solutions, such as one provided by the pairing service FACRA, a government-backed venture capital fund in Angola. It acts as a conduit between successful Angolan businesses and foreign investors—an introduction that makes it easy for home-grown businesses to source capital from a range of potential suitors. It also provides an easy-access route for foreign firms looking for opportunities in the country, offering cultural and business initiation services and attractive financial terms for direct investment.

Organizations such as FACRA are supporting enterprises and making it much easier for growing businesses to find ways of expanding nationally and across borders. It is especially important for mobile-based businesses to succeed because they deliver low-cost solutions that have the potential for high returns, not to mention the socioeconomic benefits they provide to communities.

Over the next few years, it is likely that the use of mobile technology—even basic SMS services—will grow. The cost of basic phones has fallen dramatically over recent years and even smartphones are becoming commonplace. Foreign investors now have an opportunity to look at this fast-growing sector as a way of securing long-term gains through businesses that have a strong socio-economic impact, which could provide a win-win scenario for African economies, entrepreneurs, and foreign investors.

La guerre et les chiffres des OS (Systèmes Opérateurs)

l’étude Kantar Worldpanel ComTech sur les parts de marché des OS pour smartphones viennent d’être publiés, cette fois pour la période de début juin à fin août 2015.

A noter le redressement de Windows Phone ainsi que le coup de mou d’iOS outre-Atlantique.

Android iOS Windows Phone

Sur les mois de juin, juillet et août, 83 % des mobiles vendus en France étaient des smartphones.

Parmi ces mobiles, 71 % étaient mus par Android, contre 76,2 % un an plus tôt. 15,4 % étaient animés par iOS, soit une progression de 2,6 points sur l’année, et 13,1 % étaient sous Windows Phone — synonyme d’une progression de 3,2 points par rapport à la même période en 2014. Les autres, qu’ils soient estampillés BlackBerry ou tirent profit d’une jeune plateforme comme Firefox OS, n’ont représenté que 0,5 % du marché.

À l’échelle mondiale, Android n’a pas profité de l’été pour mettre fin à la lente fonte de ses parts de marché. Il demeure toutefois un leader incontesté et incontestable sur nos téléphones intelligents. Aux États-Unis, en Italie et en Espagne, il s’est même offert un peu de croissance, avec une part de marché respective de 66,9 % (+2,5 pts), 74,8 % (+1,8 pts) et 89,5 % (+1,4 %). Mais cela ne compense pas son recul de 7,1 points à 75,2 % du marché en Allemagne, de 11,2 points à 53,1 % en Australie, de 5,6 points à 78,1 % en Chine ou de 5,9 points à 64,5 % du marché britannique. Sur l’ensemble des cinq marchés majeurs européens, le petit robot vert accuse d’ailleurs un repli sur l’année de 3,3 points (72,2 %).

repartition-OS

Du côté de la pomme, seuls deux territoires affichent un recul sur la période. En Espagne, iOS a vu son poids fondre à 6,2 % du marché au fil de l’été, perdant ainsi 1,3 point sur l’année. Il a aussi concédé 2,1 points aux États-Unis, où il a atteint son niveau le plus bas de l’année avec 28,4 % du marché. Cela n’a toutefois rien d’inquiétant pour la firme : il est de coutume, outre-Atlantique, que les ventes connaissent un important coup de mou plusieurs mois avant le lancement d’un nouvel iPhone (en l’occurrence, l’iPhone 6s). Ailleurs, l’appareil a continué à séduire : +5,1 points à 19,4 % du marché en Chine, +8,5 points à 37,8 % en Australie, +6,7 points à 33,8 % au Japon, +5,8 points à 33,7 % au Royaume-Uni…

Microsoft, enfin, a su redresser la barre après un printemps quelque peu difficile. Si Windows Phone n’est toujours pas un acteur de poids en Asie (2,3 % du marché en Chine ; +1,6 point) ou aux États-Unis (3,5 % ; stable), il perce globalement en Europe, avec 11 % de parts de marché, contre 9,3 % un an auparavant. Cette progression, il la doit certes essentiellement à deux marchés, à savoir la France (+3,2 points) et l’Allemagne (+3,6 points à 10,5 % du marché), mais ne démérite pas non plus outre-Manche (+0,3 point à 11,3 %). Il peine par contre à franchir la barre des 15 % sur son marché fétiche, à savoir l’Italie, où il est redescendu à 13,7 % du marché après un pic à 14,5 % un an plus tôt et sur les mois de mai, juin et juillet 2015. L’Espagne, placée sous l’écrasante domination d’Android, est naturellement un cas à part : Windows Phone n’y pèse que 3,9 % du marché, en baisse de 0,3 point sur l’année.

Thierry Barbaut

Google Ventures arrive en Europe

Un fond de Google en Europe avec 100 millions de dollars

Le fonds Google Ventures , bras financier du géant de l’internet américain Google , débarque en Europe avec une enveloppe de 100 millions de dollars pour investir dans les start-up, selon un message consulté jeudi sur son blog.

google-venturesPour ce faire, Google Ventures va lancer une déclinaison européenne de sa propre structure consacrée exclusivement au Vieux Continent.

“Notre objectif est simple: nous voulons investir dans les bonnes idées venant des meilleurs entrepreneurs européens et les aider à concrétiser ces idées”, écrit Bill Maris, l’un des responsables de Google Ventures, sur le blog.

“Nous sommes persuadés que la scène des start-up européennes a un gros potentiel. Nous avons vu des entreprises captivantes émerger de Londres, Paris, Berlin, des pays nordiques et au-delà”, ajoute Google Ventures.

Le fonds cite en particulier les plateformes de musique en ligne SoundCloud, fondée en Suède et basée à Berlin, et le suédois Spotify, de même que l’application finlandaise de jeux vidéo en ligne Supercell.

M. Maris ne donne pas de détails sur les secteurs visés ni les cibles potentielles.

Google avait créé Google Ventures en 2009 pour accompagner le développement de start-up américaines.

Google Maps: De plus en plus fort avec des fonctions offline !

Google vient de lancer une nouvelle version de son incontournable service de cartographie pour iOS et Android et propose quelques nouvelles fonctions qui méritent amplement que vous fassiez vite la mise à jour.

 

nouveau-google-mapsOn constate d’abord l’arrivée d’une fonction de stockage des plans hors-connexion (ou son retour, dans le cas d’Android).
Une fonctionnalité très pratique qui vous permet d’enregistrer des zones de la carte  –qui seront valables 30 jours- pour les consulter hors-ligne par la suite. Idéal lorsqu’on se rend à l’étranger et que l’on souhaite éviter de payer d’importants frais de roaming pour ses cartes.
Comptez aux alentours de 30 Mo d’espace disque pour stocker la carte d’une ville comme Paris et ses environs sur votre mobile.

La fonction de navigation a elle aussi été peaufinée, puisqu’elle vous indique quelle ligne suivre sur une route à plusieurs voies et vous propose, durant la conduite, des itinéraires alternatifs.

Quelques petits goodies complètent cette nouvelle version. De nouveaux filtres dans la recherche permettent par exemple de trier les meilleures adresses du quartier par note, horaires d’ouverture, prix… Autre « truc » bien utile, la possibilité d’enregistrer lsur votre compte Google les lieux que vous désirez conserver en mémoire en tapotant sur l’étoile qui lui est associée.
Notons enfin l’intégration de Uber directement dans Maps. Les utilisateurs du fameux service de VTC peuvent ainsi comparer, directement depuis l’appli, le temps de trajet en voiture avec chauffeur par rapport aux transports en commun… ou la marche.

Outernet: Internet pour tous gratuitement et partout

Outernet, l’internet pour tous !

L’organisation américaine à but non lucratif, le Media Development Investment Fund (MDIF), mène actuellement un projet innovant baptisé Outernet.

the-outernet-barbaut.netNé du constat de Syed Karim, le créateur du projet, qui déplore que l’accès au web reste trop inabordable dans le monde, Outernet permettra à n’importe quel citoyen du monde en possession d’un appareil wifi-compatible, d’accéder à un grand réseau d’information universel et gratuit d’ici 2015.

Pour atteindre cet objectif, le MDIF va envoyer près de 150 satellites low-cost d’un peu moins d’1,5 kilo en orbite autour de la terre.

Ce sont ces appareils qui retransmettront des informations émises à partir du sol partout dans le monde.

En procédant de la sorte, le MDIF veut contourner la censure de l’Internet en place dans certains pays tout en protégeant l’anonymat de ses utilisateurs.

Bien qu’Outernet permettra à des milliards de personnes d’accéder à l’éducation et à l’information universelles, il ne se déploiera pas tout de même comme Internet dans sa complexité, en tout cas pas dans ses premières années. En effet, l’utilisateur ne pourra pas publier lui-même des informations sur le réseau. De plus, le service proposera d’abord un nombre restreint de sites consultables.

Thierry Barbaut

Finance Participative: Enjeux et perspectives

Le financement participatif serait un enjeux majeur du développement en adéquation avec la mutation de nos modèles économiques ?

Je reviens de Bruxelles ou j’assistais à la première conférence Européenne sur les “Citizen Intitiatives”, et la aussi est enfin pris en compte le pouvoir des citoyens a décider à qui donner, comment, combien et pourquoi ?

D’autant plus passionnant que je lance la plateforme de financement participatif www.microprojets.org de l’Agence des Micro Projets dont je pilote les stratégies Internet.

Mais revenons à cet article passionnant sur la finance participative de M. Alain Bloch:

Crowdfunding : capitalisme 2.0 ou menace pour l’économie ?

L’exemple a fait couler beaucoup d’encre et fait rêver nombre d’entrepreneurs : lorsque le 11 avril 2012, Eric Migicovsky a posté sur le site Kickstarter un appel pour le financement de son projet « SmartWatch », il ne s’attendait probablement pas à lever un million de dollars en 24 heures. C’est dix fois plus que le montant qu’il espérait !

finance-participative-barbaut.netAu bout de trois semaines, il avait réussi à collecter plus de 8 millions de dollars auprès de plus de 50.000 contributeurs, soit une moyenne de 160 dollars par internaute. Selon le cabinet américain Massolution, auteur en 2012 du premier « Crowdfunding Industry Report », le marché du « crowdfunding » (« financement par la foule ») devrait bondir de 88% en 2013, et dépasser 5 milliards de dollars. Il existe d’ores-et-déjà près de 900 plates-formes de ce type dans le monde, dont une cinquantaine en France.

« Le financement participatif représente une innovation majeure dans un univers financier qui a peu évolué depuis l’avènement d’internet. Nous en sommes au stade de l’e-commerce, il y a dix ans », avance Nicolas Dabbaghian, président et fondateur du site francais Spear, orienté vers la finance solidaire.

Une idée pas si neuve

L’idée n’est pourtant pas aussi nouvelle qu’elle peut en avoir l’air : nous avons collectivement oublié que lors de l’exposition universelle de 1900 en France, des entrepreneurs aussi célèbres que Thomas Edison ou Graham Bell donnaient, à quelques centaines de mètres de la Tour Eiffel, jusqu’à vingt conférences par jour pour présenter leur compagnie et qu’à l’issue, le public enthousiaste venu du monde entier signait des chèques de souscription au capital de ces « start-up » de l’époque…

Ce capitalisme populaire des « sociétés anonymes » du début du 20ème siècle succédait au capitalisme familial et annonçait l’ère de la gouvernance des managers formés par les premières écoles de commerce. Un « crowdfunding » sans internet en somme, mais qui apparaissait déjà dans la nature même du capitalisme entrepreneurial et de sa dynamique créatrice !

Une révolution qui ne va pas sans risques

S’il vise aussi les projets associatifs ou le mécénat, le crowdfunding est en passe de concerner de plus en plus de start-up. Aux Etats-Unis, la nouvelle législation, entrée en vigueur le 23 septembre dernier, ouvre plus largement encore à ces jeunes sociétés la possibilité de lever des fonds (actions comme obligations) sur le web : de nombreuses entreprises en ont profité, et rien que sur le site AngelList, elles se comptent déjà par centaines.

C’est le « Jobs Act », voté par le Congrès en avril 2012, qui a ouvert cette brèche dans les règles jusque-là très strictes du financement des jeunes entreprises de croissance. A ce stade, des conditions de revenus (plus de 200.000 dollars au cours des deux dernières années) ou de patrimoine (plus d’1 million de dollars) sont imposées aux personnes physiques qui souhaiteraient investir. Mais dans un deuxième temps – vraisemblablement dès l’an prochain -,  ces plates-formes de financement de l’innovation seront ouvertes à l’ensemble de la population américaine. De son côté, le gouvernement français a promis une réglementation pour le printemps 2014.

Dans la communauté scientifique des juristes comme des financiers, le débat est très animé : faut-il accepter le progrès apparemment enthousiasmant que représente le crowdfunding pour le financement des entreprises au prix d’une régression du point de vue de la protection des investisseurs ?

Certes, dans l’immédiat, la contribution moyenne des souscripteurs s’apparente davantage à une mise de jeux d’argent qu’à un véritable investissement, mais en sera-t-il toujours ainsi ?

Lorsque les premiers gains en capital des plus chanceux seront significatifs, le risque de panurgisme ne peut-il créer de nouvelles bulles spéculatives à très grande échelle du réseau mondial?

L’apparente opportunité pour les entrepreneurs pourrait alors très vite se transformer en cauchemar pour nos économies, en asséchant les circuits traditionnels de l’épargne tout en ne créant en contrepartie qu’un océan de pertes… Une sorte d’effet « worldwide Business Casino on line » à côté duquel les spéculations boursières les plus effrénées d’aujourd’hui apparaitraient comme d’aimables enfantillages !

Beaucoup de questions en suspens

Finance participative Agence des Micro projets
Le site de finance participative de l’Agence des Micro Projets

D’une façon générale, la rapidité du phénomène prend quelque peu de court la recherche académique en gestion comme en économie ou en droit : une journée internationale de recherche début octobre 2013 sur le campus d’HEC Paris a ainsi soulevé de nombreuses interrogations sans toujours être en mesure d’apporter à ce stade des réponses scientifiques plus opérationnelles que théoriques.

Question centrale : comment ce mode de financement alternatif va-t-il cohabiter avec les financements plus traditionnels comme le private equity ? Les plus optimistes d’entre nous soutiennent qu’il va d’une part permettre aux VC (venture capitalists) de réduire leur mise, donc leur risque.

D’autre part, il devrait agir sur ce nouveau marché comme un « signal » pour les personnes physiques. Leurs apports financiers constitueraient une sorte d’amplificateur vertueux de l’investissement des professionnels, le rendant plus efficace : un effet gagnant-gagnant dans cette hypothèse. Mais d’autres prétendent démontrer que les VC y perdraient inévitablement leur ratio prudentiel, multiplieraient mécaniquement les investissements et que nous serions alors revenus à la case « bulle spéculative » évoquée ci-dessus…

Pour les plus pessimistes, l’une des conséquences paradoxales du crowdfunding pourrait même être de nuire finalement à la création d’entreprise par une forme d’abondance de financement trop « facile ». La théorie nous enseigne en effet que les ressources d’un projet doivent être harmonieusement dimensionnées à l’opportunité entrepreneuriale. Ni trop, ni trop peu : on peut aussi mourir en quelque sorte étouffé par trop d’argent, comme la bulle Internet des années 2000 l’a montré.

L’avenir paraît plus radieux du côté de l’impact du crowdfunding sur le social business et les projets caritatifs : l’appât du gain y est ici marginal, limitant intrinsèquement les risques spéculatifs. Très commenté, y compris par les spécialistes de science politique, le succès de la plateforme Citizinvestor, lancée en septembre 2012 pour permettre aux citoyens américains de financer des projets d’infrastructures publiques, est dans ces domaines à la fois original et éloquent.

Le crowdfunding pourra-t-il contribuer à l’accélération du décollage économique des pays émergents ? En assurant un gigantesque effet de levier combinant financement d’infrastructures, projets caritatifs et investissement dans les PME, cette perspective paraît enthousiasmer un grand nombre de nos collègues en économie du développement, sans pour autant inquiéter le reste de la communauté académique. Le risque de conflit avec les systèmes traditionnels de financement, peu nombreux et faiblement efficients en l’espèce, serait ici faible, tout comme le risque spéculatif.

Nouvel esprit du capitalisme ou retour aux sources ?

En définitive, la question la plus essentielle pourrait se situer moins dans les promesses économiques de ce nouveau mode de financement de masse que dans son impact sur les modes de gouvernance du « capitalisme 2.0 ». De l’entreprise familiale au gouvernement des investisseurs, l’évolution du capitalisme et de ses sources de financement paraissaient au début du 21ème siècle avoir relégué au rang des antiquités le célèbre ouvrage « La main visible des managers » de l’économiste américain Alfred Chandler

La désintermédiation du financement des entreprises via internet, mais aussi potentiellement, ne l’oublions pas, en matière d’expression des actionnaires, contribuera-t-elle à un nouvel esprit du capitalisme, et lequel ? Où sonne-t-elle une forme de retour aux sources vers un « managérialisme » ni tout à fait le même, ni tout à fait autre ?

Salaires… Focus sur les métiers du Digital, marketing, vente et communication

Maesina International Search vient de publier sa 34 ème étude Salaires sur la rémunération des professionnels digital, marketing, vente, communication, réalisée en partenariat avec AON Hewitt.

 

L’étude 2014 reprend les rémunérations détaillées, fixe, variable, avantage, intéressement sur le long terme et rémunération annuelle globale de 20 fonctions les plus représentatives. Cette étude est réalisée à partir de 2791 sociétés étudiées, réparties sur cinq secteurs d’activités

La fonction digitale

salaires-digitalElle a encore connu en 2013 une augmentation sensible de près de 6 % en global. Les dirigeants et les managers s’en sortent le mieux avec 7 %. Les fonctions classiques du digital telles que le responsable référencement, le community manager ou le chef de projet digital voient leurs salaires progresser moins fortement autour de 5 %.

Les fonctions du digital s’intègrent de plus en plus dans les organisations avec une gestion plus classique de leur rémunération et donc de leur évolution. Même si cette fonction connaît toujours une très forte demande et un décalage avec les compétences existantes sur le marché, les hausses de salaires proposées restent mesurées et correspondent plus à la norme des fonctions connexes telles que le marketing.

De manière plus générale, la relation client est toujours au coeur des préoccupations des entreprises et le contexte économique tendu ne fait que renforcer cet état de fait. Toutefois, le CRM a connu en 2013 un morcellement très important, donnant naissance à de nouvelles spécialités (géolocalisation, brand content, social acquisition, RTB..) et l’apparition de nouveaux métiers centrés sur la ” Data” (Chief Data Officer, Data Scientist, Data Analyst). Ces derniers vont bien, confirme l’étude, au-delà de l’exploitation statistique des données traditionnelles et doivent être en mesure d’exploiter les nouvelles technologies, pour permettre une meilleure interaction entre les canaux (omnicanal), de définir des modèles prédictifs en lien avec les départements études et d’améliorer l’expérience client.

L’étude comparative entre les salaires des hommes et des femmes montre par ailleur un décalage en faveur des hommes, + 5.5 % en moyenne. Ce décalage ne se vérifie pas pour toutes les fonctions. Il dépend majoritairement de la nature du poste, du type d’entreprise, et de l’âge des personnes concernées. Il est important de considérer que les sociétés supérieures à 500 M€ de chiffre d’affaires se situent traditionnellement plus dans le 3ème quartile ou 9ème décile et que la moyenne des salaires exprimés correspondent davantage aux salaires pratiqués au sein d’une structure inférieure à 100 M€.

Internet: L’incroyable croissance Africaine qui va faire du continent le numéro un mondial de la bande passante

Selon les données mises à jour par la société TeleGeography, la demande de bande passante numérique de l’Afrique devrait connaître la plus forte croissance au monde entre 2013 et 2019.

La société de consulting et de recherche sur les télécommunications, TeleGeography, vient de publier une mise à jour de ses estimations de l’évolution de la demande de bande passante au cours des prochaines années.

Selon ses calculs, la demande de bande passante numérique de l’Afrique devrait connaître un taux de croissance annuel composé de 51% entre 2012 et 2019, soit un rythme supérieur à celui de l’Amérique latine et du moyen orient qui devrait tourner autour de 37 % par an.

Selon TeleGeography, la demande des pays d’Afrique subsaharienne devrait connaître la plus forte croissance sur la période.

Elle devrait atteindre 71% par an en Angola, 68% en Tanzanie et 67% au Gabon.

Conversion numérique

Ainsi, l’Afrique poursuit sa conversion numérique à un rythme explosif. Selon les données de TeleGeography, entre 2008 et 2012, la demande mondiale de bande passante numérique a quintuplé. En Afrique, elle a été multipliée par vingt.

 

internet-afrique-thierry-barbaut

Néanmoins, et comme le souligne TeleGeography, si l’écart entre le continent africain et le reste du monde a diminué, l’Afrique reste encore en retard. Selon les estimations de TeleGeography, la demande africaine de bande passante devrait atteindre 17,2 Terabits par seconde (Tbps) en 2019, ce qui équivaut à un quart de la demande projetée de l’Amérique latine, et est inférieur à celle dont dispose déjà le Canada (plus de 20 Tbps).

Pourtant, avec le taux de pénétration d’internet le plus faible au monde (16%), soit 140 millions d’utilisateurs, le continent africain offre de belles perspectives de croissance dans le secteur des NTIC.

 

Intervention de Thierry Barbaut, rédacteur en chef d’Info Afrique sur www.I24news.tv

Câbles sous-marins

Le continent devrait d’ailleurs bénéficier de la modernisation et de l’augmentation des systèmes de câbles sous-marins connectés à l’Afrique. Aussi, les prix de la bande passante sur « autoroutes numériques » devrait baisser en conséquence.

Alan Mauldin, directeur de la recherche à TeleGeography estime, dans son communiqué publié le 31 octobre 2013 que « le prix d’une longueur d’onde de 10 Gigabits par secodne entre Johannesburg et Londres en 2019 devrait être inférieur à un quart du prix de 2012. »

Top 15

De nombreuses différences devraient néanmoins subsiter entre les États africains. En effet, les populations de certains pays africains comme Les Seychelles, la Tunisie ou l’Afrique du Sud disposent déjà d’un meilleur accès au net que les autres pays africains.

Selon les données de la Banque mondiale, les 15 pays africains où le taux d’accès à l’internet haut débit est le plus élevé au monde sont les suivants :

Pays Nombre d’abonnés à internet haut débit pour 1000 habitants (2012)
Seychelles 117,15
Maurice 105,72
Tunisie 47,85
Cap-Vert 37,80
Algérie 30,45
Égypte 27,24
Afrique du Sud 21,82
Maroc 20,91
Libye 10,40
Botswana 7,82
Sénégal 7,29
Zimbabwe 5,49
Gabon 3,20
Swaziland 2,68
Ghana 2,52

Elles sont aujourd’hui plusieurs centaines, les solutions mobiles et Internet conçues par des Africains.

Gratuites ou payantes, elles ont révolutionné les habitudes au grand bonheur des utilisateurs.

Les développeurs ne se privent plus de laisser libre cours à leur imagination. Et avec raison, puisque le secteur africain des applications, déclaré très prometteur par plusieurs analystes dont ceux de l’Association mondiale des opérateurs télécoms (GSMA), ouvre une nouvelle ère pour les TIC sur le continent.
Lire la suite sur www.info-afrique.com

L’impact sur la société de la téléphonie Mobile en Afrique

Dans le système de boucle retour, les téléphones mobiles en Afrique ont contribué à développer de nouveaux usages. Certains sont directement liés aux contacts téléphoniques (les « bip » d’appels) ou à l’éco-système.

Le succès, incomparable notamment en Europe, du m-paiement avec des offres comme m-pesa ou Orange Money illustre ce phénomène. D’autres modèles de partage du téléphone ou de prêts de minute renvoient à des usages séculaires en Afrique comme les tontines. Au-delà, les utilisateurs ont développé de vrais usages nouveaux qui utilisent les télécoms comme moyen de répondre à des usages précis.

Un cas typique est celui de la mise en place de systèmes d’enchères pour la vente de poissons (phénomène constaté au Sénégal, au Kenya et au-delà de l’Afrique en Asie du Sud Est). Un double phénomène s’est produit.
Lire la suite sur www.info-afrique.com

Google Glass: “Ok Glass” le test

« Ok, Glass !» Cette formule risque de devenir culte lorsque les lunettes de Google seront mises sur le marché. En effet, il faut répéter cet ordre pour les démarrer.

Une fois ces mots prononcés, vous pouvez enfin pénétrer dans l’univers que propose Google.
Cet accessoire devient commun aux États-Unis où les développeurs les portent en permanence dans les rues de San Francisco ou de New-York depuis plusieurs mois. Mais ailleurs, peu les ont vus puisque la compagnie a interdit aux premiers utilisateurs de les sortir hors du territoire américain.
Pour mettre le public européen sur un pied d’égalité avec les Américains, Google nous a proposé de vivre cette expérience.

Une surface tactile sur la branche

google-glassD’abord, elles sont légères et bien équilibrées. On ne les sent plus au bout de quelques minutes. Quant à leur manipulation, elle se maîtrise en un rien de temps. Une tape sur la branche pour les allumer et pouvoir prononcer le fameux « OK, Glass ! ».
Il suffit ensuite d’apprendre quelques gestes pour naviguer. La branche de droite est équipée d’une surface tactile qui réagit en tapotant dessus, mais aussi en faisant glisser son doigt d’avant en arrière ou de haut en bas. Rien de bien sorcier.
Une fois le sésame prononcé, un écran s’allume pour proposer quelques actions comme effectuer une recherche ou chercher une information, prendre une photo ou une vidéo, partager un contenu sur les réseaux sociaux ou chercher un itinéraire. Sans oublier l’envoi et la lecture de courriels et de SMS.
Tout se déroule vocalement casse un peu la crainte de filme ou photographier en secret. Pour prendre une photo, il faut le demander distinctement. Les modèles que nous avons essayés ne comprennent que l’anglais qu’il faut prononcer avec un accent américain. Les versions francophones arriveront plus tard.
Même pas besoin de chausser ses lunettes pour lire le texte qui s’affiche. La définition est également très claire pour regarder une vidéo en ligne. Pour les corrections plus fortes, un système est prévu pour adapter la vision.

D’abord sur Android, puis bientôt sur iOS

Le son est impressionnant. Le système de transmission par conduction osseuse est d’une efficacité redoutable. Qu’il s’agisse de discussion ou de musique, la qualité est suffisante, mais ne concurrence évidemment par un casque audio de bonne qualité.
Enfin, lorsqu’on les éteint, on ne les sent plus. Elles restent pourtant parfaitement fixées sur le nez. Même si l’on saute, si l’on court ou si l’on tourne brusquement la tête, elles restent bien en place. Les opticiens devraient s’en inspirer…
Cette prise en main a également cassé l’idée reçue qu’il faut les porter en permanence. En fait, les Google Glass sont des accessoires à utiliser, il faut le préciser, quand on en a besoin. C’est donc à chacun d’en définir l’usage selon ses habitudes, ses besoins ou ses envies.
Elles permettent d’abord de ne plus utiliser son smartphone sans le manipuler. Car, sans lui, les Glass ne fonctionnent pas. Cet usage fait poser la question du prix. Le ticket d’entrée annoncé à 1500 dollars n’est-il pas un peu excessif ? Ce sera à chacun de voir en fonction de ses besoins, de ses envies et de ses moyens financiers.

Les tests ont été effectués sur un Nexus sous Android avec l’application adéquate qui est en cours de développement sur iOS pour permettre aux utilisateurs d’iPhone de dire, comme les « andronautes » : « OK, Glass ! »

Les données sont bien dans la ligne de mire des entreprises pour 2014

Les chiffres de l’étude réalisée par l’Ifop pour Makazi Group indiquent que les patrons français négligent de moins en moins l’utilisation des données.

 

Certes, les dirigeants d’entreprises françaises perçoivent l’utilisation des données comme un levier de croissance et de performance.

Mais d’après l’étude réalisée par l’Ifop pour Makazi, ils ne sont pas pour autant prêts à sacrifier la réputation de leur entreprise. Ils se positionnent en effet en faveur d’une utilisation mesurée et responsable des données personnelles (respectueuse de la vie privée et des réglementations).

Les données personnelles

big-dataPour 46% des dirigeants, l’utilisation des données personnelles des clients et prospects représente un enjeu important pour leur entreprise.

26% considèrent qu’elle revêt même une importance stratégique. Cette dimension stratégique est davantage mise en avant par les entreprises de services (35%).

Interrogés sur l’utilisation des données personnelles, les dirigeants évoquent des enjeux d’image tels que l’éthique (42%), la réputation (30%) et la transparence (30%). S’ils sont 18% à y rattacher une notion de risque et 8% une idée de contrainte, un tiers d’entre eux l’associent spontanément à l’idée d’opportunité (32%) et un sur cinq à celle d’innovation (22%).

L’utilisation des données personnelles est perçue par les dirigeants comme une opportunité pour conquérir de nouveaux clients (84%) et fidéliser les clients (83%). De même, c’est pour l’entreprise un levier de croissance et de performance (83%) ainsi qu’une source d’opportunités en termes de différenciation par rapport aux concurrents (78%) et de valorisation de l’entreprise (79%).

Les dirigeants d’entreprises voient les données personnelles comme un levier de performance, tout en étant conscients des risques liés à leur utilisation“, souligne Stéphane Darracq, PDG de Makazi Group (ex-LeadMedia Group). “Cela signifie aussi qu’en tant qu’annonceurs, ils sont prêts à en déléguer l’exploitation à des tiers, à condition de garder le contrôle sur l’utilisation qui en est faite et de réinjecter dans leurs propres bases de données la connaissance client issue des campagnes qu’ils délèguent.”

Les limites de l’utilisation des données

La majorité des dirigeants reconnaissent que les impératifs de performance auxquels ils sont soumis peuvent conduire à une utilisation excessive des bases de données personnelles des clients et des prospects (61%), sans pour autant enfreindre la loi : une attitude qui les place face à un risque de lassitude et de rejet de la part des consommateurs (et ce en dépit des risques juridiques qu’ils sont 81% à juger élevés).

58% sont très conscients des risques commerciaux liés à l’utilisation des données personnelles, en particulier ceux dont la société réalise un chiffre d’affaires de plus de 100 millions d’euros (65%). Néanmoins, 87% estiment qu’une bonne utilisation de ces données peut permettre à leur entreprise de mieux se valoriser financièrement et 84% qu’elle peut avoir un impact positif sur l’image de leur entreprise.

Pointant l’excès de formalités administratives qu’engendre l’utilisation de données personnelles (51%), près de la moitié des personnes interrogées craint également que la législation en matière de protection des données personnelles ne désavantage les entreprises françaises (47%).

 

Dans un contexte où 80% des dirigeants interrogés reconnaissent subir une pression forte ou très forte à court terme pour améliorer la performance opérationnelle, commerciale et financière de leur entreprise, l’utilisation des données personnelles des clients et des prospects est à juste titre perçue comme une opportunité commerciale mais non sans risque.
Quelle que soit l’évolution de la législation européenne et française, l’anonymisation des données utilisées à des fins commerciales et marketing sera de plus en plus à l’ordre du jour. Conjuguée à l’optimisation incrémentale des algorithmes de ciblage et d’enrichissement de données, elle permet d’ores et déjà aux entreprises de valoriser leurs données clients et de gagner en performance tout en réduisant leur exposition au risque“, indique Stéphane Darracq.

Il est à noter que seuls 14% des dirigeants interrogés estiment être parfaitement au fait de la législation en vigueur dans ce domaine. Si 47% pensent la connaître “assez bien”, ils sont tout de même près de deux sur cinq à reconnaître qu’ils la connaissent mal, voire très mal.

22% considèrent que l’importance accordée actuellement à la confidentialité et à l’anonymat des données personnelles est excessive. 43% pensent qu’une législation plus souple en matière d’utilisation des données personnelles permettrait d’améliorer la performance financière de leur entreprise.

 

– 80% des dirigeants interrogés reconnaissent subir une pression forte ou très forte à court terme pour améliorer à la fois la performance opérationnelle, commerciale et financière
– Risque d’image / risque juridique : 81% des chefs d’entreprise françaises jugent les risques juridiques liés à l’utilisation des données personnelles élevés
– 84% des dirigeants français voient l’utilisation des données personnelles comme une opportunité pour conquérir de nouveaux clients
– Pour 42% des dirigeants interrogés, le mot ” éthique ” est le premier qui vient à l’esprit lorsque l’on parle de données personnelles
– Une bonne utilisation des données personnelles peut être très positive pour la valorisation financière d’une entreprise pour 87% des dirigeants interrogés

Microsoft achète Nokia

Coup de tonnerre ou demi-surprise dans l’univers hyper concurrentiel de la téléphonie mobile ? Nokia, l’équipementier en télécoms finlandais, a annoncé ce mardi céder son activité téléphones portables au géant informatique américain Microsoft pour la coquette somme de 5,44 milliards d’euros.

 

Si l’ancien numéro un mondial des téléphones portables va concentrer désormais son activité sur les services et les réseaux, cette décision a été qualifiée de «meilleur chemin pour aller de l’avant, à la fois pour Nokia et ses actionnaires», selon son président Risto Siilasmaa.

La transaction devrait être finalisée au premier trimestre de l’an prochain, après accord des actionnaires et des autorités de régulation. Quelque 32.000 employés de Nokia passeront chez Microsoft.

Si Nokia reste à la seconde place des équipementiers mondiaux, derrière Samsung et devant Apple, avec la vente de près de 61 millions de terninaux dans le monde au second trimestre 2013, l’entreprise est confrontée a d’importantes difficultés.

Nokia Lumia microsoftL’an passé à la même période, les ventes dépassaient les 80 millions d’exemplaires. Selon une récente étude de Swedbank, «l’érosion des volumes et des prix de vente moyens de l’activité de téléphonie mobile de Nokia est plus rapide que ce à quoi nous nous attendions. Nokia est en train de passer à côté de la rapide hausse des ventes de smartphones de moins de 100 dollars, un segment pour lequel le groupe ne propose aucun produit». Si l’évolution du chiffre d’affaires des téléphones traditionnels se poursuit, sans redressement des ventes de smartphones, le chiffre d’affaires total de Nokia dans les terminaux mobiles passera sous son seuil d’équilibre, qui se situe à 12 milliards d’euros. «De nouvelles réductions des coûts seront nécessaires», poursuit l’analyste.

Dans le même temps, Nokia affiche de nouvelles ambitions et semble s’orienter vers de nouveaux marchés. Lors du prochain salon automobile de Francfort (Allemagne), la firme finlandaise va présenter une offre complète destinée à fournir un système de navigation embarquée à bord des voitures. Outre la cartographie, cette plateforme devrait proposer des applications pour les smartphones Windows Phone.

Pourquoi l’arrivée de Microsoft ? Actuellement, Nokia règne en maître dans le monde de Windows Phone. Pour la régie publicitaire Ad Duplex, la firme finlandaise détient 86,9% dans le monde des appareils fonctionnant avec l’OS mobile de Microsoft avec sa gamme Lumia. Le Lumia, concerne environ la moitié du chiffre d’affaires du groupe finlandais, soit près de 15 milliards d’euros. Microsoft a donc des intérêts évidents pour soutenir l’équipementier. D’autant que de nouvelles marques, comme les Chinois Lenovo et Yulong, affichent des ambitions qui pourraient bouleverser la hièrachie mondiale à moyen terme.

En attendant, Nokia ne baisse pas la garde en cette rentrée en France. Dans les prochains jours, l’équipementier va proposer un nouveau terminal, le Lumia 1020, un smartphone spécialement orienté pour la photographie avec un capteur de 41 mégapixels. De quoi toucher un nouveau public ?

Internet: La valeur d’un internaute ?

Nos données personnelles se vendent facilement au marché noir, mais elles ne valent finalement pas grand-chose, sinon le risque de se faire pirater son compte bancaire.

Toujours plus sophistiquées, les cyber-attaques visent de plus en plus systématiquement à nous dérober notre identité sur la Toile.

chiffre_EcommerceMais que valons-nous réellement aux yeux des pirates et de ceux qui participent au commerce florissant de ces données personnelles ?

De quelques cents à 5 dollars au marché noir, selon les spécialistes de la sécurité qui se sont confiés à Gigaom.

Nos coordonnées se vendent, et même très bien, mais par « packages ».

Sur Twitter, 10 000 abonnés se monnayent en moyenne à 15 dollars, contre 115 dollars pour 100 000 followers.

Sur Facebook, les 1000 ‘like’ (« j’aime ») peuvent rapporter 15 dollars ; on peut tirer 100 dollars d’un pack de 10 000.

La cote des numéros de cartes bancaires est plutôt basse à 6 dollars les 1000, mais à ce prix, la valeur de l’information n’est pas garantie. Il est probable qu’aucun numéro ne permette réellement de pirater un compte.

Expert en sécurité informatique chez RSA, Idan Aharoni note l’existence d’un filon qui permet d’acquérir des numéros de cartes associés aux coordonnées complètes de leurs détenteurs (notamment le numéro de Sécurité sociale), pour un prix de 4 à 5 dollars par individu.

Ce filon est plus particulièrement exploité aux États-Unis, où les cartes spécialisées, les comptes privés et commerciaux se multiplient. Ouvrir un compte avec une ligne de crédit est très simple et fait l’objet de peu de contrôles.

Dans le cas d’un accès complètement renseigné à un compte bancaire, les coordonnées peuvent même, comme le note Silicon.fr, se vendre pour 5 à 10% de la somme qui y figure.

En résumé, quiconque clique sur un lien douteux et décline son identité ne vaut guère que quelques centimes.

En revanche, si l’on complète consciencieusement sa fiche de coordonnées bancaires, la cote pourra varier de 5 dollars au montant des sommes disponibles sur le compte.

Facebook voudrait connecter plus de 5 milliards de personnes

Sept géants du secteur s’associent dans un vaste projet, internet.org, qui vise à rendre le Web accessible partout dans le monde. Pour cela, ils appellent à la mobilisation générale.

Les deux tiers de la planète n’ont pas accès à Internet: 5 milliards de personnes ne sont pas connectées. Pis, s’inquiète le PDG de Facebook, le taux d’adoption d’Internet ne croit que de 9 % par an. «Pas assez rapide», pour Mark Zuckerberg, bien décidé à accélérer le mouvement grâce à internet.org, cette association qui a été lancée ce 20 août.

facebook-internet-mondeElle compte, outre Facebook, six autres membres fondateurs: Nokia, Samsung, l’équipementier télécom Ericsson, l’éditeur de logiciels Opera, les fabricants de semi-conducteurs Qualcomm et MediaTek. Son but est d’apporter le Web à tous ceux qui n’y ont pas accès pour des raisons économiques et technologiques. Des freins que les géants du secteur veulent faire sauter, non pas tant par altruisme que par nécessité de faire grossir leur marché, cantonné aux zones développées. Facebook, comme Nokia avant lui, a déjà fait sien le slogan «connecter le prochain milliard» (de personnes). L’Afrique et l’Asie, où respectivement 15 % et 27 % de la population ont un accès à Internet, sont les principales cibles de ce projet (voir infographie).

«Nous avons déjà investi plus d’un milliard de dollars pour connecter les habitants de pays en voie de développement, au cours des dernières années, et nous avons prévu de continuer», explique Mark Zuckerberg. Conscient qu’il faudrait des dizaines de milliards de dollars pour connecter les deux tiers manquants de l’humanité, internet.org dresse la liste des initiatives qui permettrait d’alléger la facture.

Économiser le trafic de données en ligne

D’abord, il faudra abaisser le coût d’accès à Internet. Dans sa présentation, Mark Zuckerberg chiffre à 2000 dollars sur deux ans le coût d’un abonnement avec un accès illimité au Web (aux États-Unis): 500 dollars proviennent du coût du smartphone, en partie pris en charge par l’opérateur, et 1500 dollars sont imputables au coût de la transmission de données. Un tarif inabordable pour les deux tiers de l’humanité.

Il faut donc apprendre à économiser le trafic de données en ligne, comme on économise l’électricité. Cela passe par la compression de données, qui permet de réduire un fichier photo à la taille d’un fichier texte sans en altérer la qualité, par le développement de sites et d’applications dont l’utilisation réclame moins de téléchargement de données.

Ensuite, Mark Zuckerberg mise sur la capacité des équipementiers télécoms à améliorer la qualité de leur réseau mobile, sans pour autant augmenter le nombre d’émetteurs. Les progrès technologiques devraient d’ici cinq à dix ans permettre de multiplier par dix les capacités d’un réseau à coût constant. À terme, cela permettra d’abaisser le tarif facturé pour la consultation de données sur mobile. Car il s’agit avant tout de mobile. Pas question pour internet.org d’encourager les États à développer leur réseau filaire. C’est même totalement inimaginable dans certaines régions du monde. En revanche, l’association compte bien peser sur les États pour faire baisser le coût des licences pour réseaux mobiles.

Nouveaux modèles

Le troisième et dernier principe posé par internet.org est tout aussi ambitieux, il vise à développer de nouveaux modèles économiques qui rendront plus facile l’accès au Web.

Dans ce volet, Mark Zuckerberg envisage notamment que ne soit plus commercialisé un «accès aux données», notion complexe à expliquer, mais un «accès à Facebook», censé être plus vendeur. Cela se traduirait alors par une autre répartition des revenus générés par les abonnements ou les cartes prépayées. Ces revenus seraient alors distribués entre les équipementiers, les opérateurs et les fournisseurs de service, en l’occurrence Facebook!

Le projet ne prévoit pas pour autant d’équiper les gens en PC ou smartphones (outil privilégié pour accéder au Web), mais il part de l’hypothèse que le nombre de possesseurs de smartphones va continuer à augmenter – il y en a déjà un milliard en circulation dans le monde – avec la baisse du coût de ces appareils. Aujourd’hui, 4 milliards de simples téléphones mobiles sont utilisés dans le monde. L’enjeu est de convertir la majorité d’entre eux en smartphones dans les cinq prochaines années. Une façon très efficace pour les acteurs d’Internet d’augmenter leur marché potentiel.

L’économie collaborative perturbe les acteurs traditionnels du tourisme

La diversification et la multiplication des sites mettant en relation des voyageurs et des locaux viennent bousculer l’économie traditionnelle du tourisme

 

economie collaborative Le mouvement du peer-to-peer, initialement connu pour son action dans le domaine musical, résulte plus largement de la volonté de contourner les acteurs de l’économie classique. Il est maintenant de plus en plus présent dans le secteur touristique. Apprécié pour ses caractères bon marché, locaux et humains, le mouvement Peer-to-Peer s’est implanté dans quatre éléments clés de l’écosystème.

D’abord, le transport, avec les sites de covoiturage ou de prêts de voiture, mais aussi d’autres tels que le stationnement, avec parkatmyhouse. Le logement est tout autant concerné: nuits chez un particulier, échange d’appartement ou sous-location de biens, avec AirBnB et Couchsurfing.

Et enfin, la restauration avec aussi bien la possibilité d’aller chez un inconnu partager son repas que d’être conseillé sur le meilleur restaurant du coin, et ce, avec KitchenSurfing ou bien Yelp. A noter aussi, l’existence de sites supplantant le guide touristique, tels que Vayable ou GetYourGuide pour connaître les meilleurs plans ou demander à être guidé par un connaisseur.

Quelques chiffres sur cette économie

Mais quel est l’impact de ces acteurs sur le marché ? L’entreprise de recherche stratégique sur la consommation Euromonitor International  indique par exemple que 10 millions de nuitées se sont vendues sur le site de logement AirBnB entre 2007, année de sa création, et 2012. A titre de comparaison, il s’est vendu en 2012, tous types d’acteurs confondus, plus d’un milliard de nuitées aux Etats-Unis. AirBnb, avec ses 300 000 inscrits, n’est pas le plus grand de la famille VRBO (Vacation Rentals By Owners). Homeaway déclare ainsi dépasser les 500 000 inscrits. En y ajoutant des sites comme InterHome, qui a plus de 260,000 inscrits et FlipKey plus de 170 000, cela permet de mieux appréhender la taille de ce marché.

Une nécessité d’adaptation pour les hôtels

Toutefois, il faut relativiser l’importance de l’économie collaborative sur ces sites. On estime en effet à 28% la proportion de particuliers inscrits, le reste étant composé de professionnels, généralement sur plusieurs sites. Frédéric Gonzalo, consultant pour Socialmedia Today, estime que le tourisme traditionnel représenté par les hôtels est de moins en moins attractif: coûts prohibitifs des appels locaux, repas et consommations au bar, de même que les accès irréguliers et parfois payants à la Wi-Fi.

Pour lui, le milieu doit s’adapter aux attentes actuelles. Et de prendre pour exemple les hôtels Kimpton aux Etats-Unis, qui proposent un programme de fidélisation alléchant. Mais il s’agit là d’hôtels trois ou quatre étoiles qui ne sont pas accessibles à toutes les bourses.

Google se lance en françe dans le comparateur d’assurance

Le moteur de recherche américain Google s’est lancé sur le marché des comparateurs d’assurances en France, lundi 29 juillet, en lançant sa version pour les contrats automobiles.

google-ecommerceCe “lancement de la fonctionnalité s’est fait en mode test”, explique-t-on chez le géant de l’Internet. Le site comparateur n’est accessible qu’à ceux qui en connaissent l’adresse exacte et/ou qui tapent dans Google une suite de mots clés très précise comme “comparateur assurance auto”.

Le groupe attend “d’obtenir le retour d’expérience des utilisateurs” et “travaille à l’élaboration du service”, explique-t-on chez Google. Et notamment à accroître l’offre de partenaires assureurs qui effectuent les devis.

Aujourd’hui il en compte sept, dont Amaguiz, l’assureur sur Internet de Groupama, ou encore AllSecur, l’assureur automobile en ligne du Groupe Allianz.

Il s’agit du second pays que le groupe américain investit dans ce domaine, après le Royaume-Uni en septembre2012. Cette stratégie de développement fait suite au rachat, en mars 2011, de l’anglais BeatThatQuote, un site de comparaison spécialisé dans les produits financiers et d’assurance.

Au Royaume-Uni, où le marché de l’assurance en ligne est très actif, Google comptabilise 128 marques d’assurance comme partenaires de son service.

DÉJÀ PLUSIEURS ACTEURS

Le marché français des comparateurs d’assurances compte déjà plusieurs acteurs importants : Assurland.com, détenu par le groupe d’assureurs mutualiste Covéa (GMF, MAAF, MMA, Apgis), Hyperassur.com, dans le giron du groupe Alico (ex-AIG), KelAssur.com, LeLynx.fr, LesFurets.com….

Google parie notamment sur le fait que les Français, avec la future loi sur la consommation, qui sera débattue au Sénat en septembre et permettra la résiliation d’une assurance à tout moment après un an de contrat, incitera les Français à changer d’assureur en cours d’année.