Archives par mot-clé : e-commerce france

Le marché Français du e-commerce bien loin de la saturation selon Forrester

D’après les prévisions de Forrester, les revenus du commerce en ligne atteindront les 191 milliards d’euros d’ici quatre ans, soit une croissance annuelle de 11%.

C’est un fait, le commerce en ligne européen ne montre pas de signes d’essoufflement. Et le secteur devrait encore afficher une insolente croissance à deux chiffres dans les prochaines années.

ecommerce-clavierC’est la vision de Forrester qui table sur un chiffre d’affaires de 191 milliards d’euros en 2017 contre 112 milliards d’euros en 2012, soit un taux de croissance annuel moyen de 11% sur les cinq années à venir. C’est mieux que les Etats-Unis où ce taux atteindra 9%.

Bond de l’alimentaire

“Alors que les ventes en ligne en Europe ne seront pas à la hauteur des ambitions de la Commission Européenne, à savoir de créer un marché digital unique, la croissance en ligne dépassera la croissance hors ligne. Alors que la répartition du chiffre d’affaires pour les enseignes se déplace progressivement vers le Web, le e-commerce tend naturellement à devenir de plus en plus crucial pour les économies nationales”, commente Martin Gill, analyste principal.

Concernant la France, le cabinet d’analyses estime que le marché “est loin du point de saturation, mais entre dans une nouvelle phase d’expansion compétitive. (Le pays) a dépassé les années de plein essor. Les distributeurs vont devoir investir tant en optimisation qu’en innovation, pour pouvoir rester compétitif”.

Du côté des biens, Forrester table sur un essor du divertissement et de l’alimentaire. “D’ici 2017, plus de la moitié des dépenses en matière de musique et de DVD se feront en ligne, ainsi que plus d’un quart des dépenses pour les livres. Les acheteurs européens dépenseront presque 10 milliards d’euros en ligne en produits alimentaires et boissons ; aussi, les distributeurs alimentaires prendront exemple sur le succès déjà connu en Grande-Bretagne”.

Et de citer l’exemple de Carrefour en France qui relie le Web à ses magasins, en intégrant le téléphone mobile à l’expérience en magasin grâce à des bornes pouvant être connectées aux Near Field Communications (NFC).

Thierry Barbaut

E-commerce en France: Un nouveau site marchand toutes les 30 minutes

Les ventes du e-commerce ont encore bondi de 22 % au deuxième trimestre. L’érosion du panier moyen est compensée par la forte hausse du nombre de transactions.

Dans un contexte économique morose, le commerce sur internet poursuit sa folle course en avant. Selon les derniers chiffres de la FEVAD*, les ventes ont grimpé de 21 % au deuxième trimestre. Sur les six premiers mois de l’année, la progression atteint donc 22 % à 21,8 milliards d’euros, quatre milliards de plus que l’an passé.

Il est vrai que le e-commerce attire de plus en plus d’acteurs, qu’ils soient pure players ou émanations de commerces « en dur ». On compte désormais 109 800 sites marchands, soit 20 000 de plus qu’il y a un an. Selon la Fevad, il s’ouvre « plus d’un nouveau site marchand toutes les demi-heures ».

Est-ce lié à la baisse du pouvoir d’achat ? Comme pour le premier trimestre, la valeur du panier d’achat continue à décliner. Le montant moyen de la transaction recule de 4 % à 89 €, le niveau mesuré en 2009. Cependant, cette baisse est largement compensée par l’envolée du nombre de commandes. « Selon les données recueillies auprès des principales plates-formes de paiement, le nombre de transactions par carte a augmenté de 28 % au cours du semestre », précise-t-on à la FEVAD. Il y aurait également de plus en plus de cyberacheteurs. D’après les données FEVAD/Médiamétrie, 31,7 millions d’internautes ont acheté en ligne au deuxième trimestre, en progression de 4 % depuis un an.

Parmi les secteurs les plus dynamiques, l’habillement arrive en tête. Ses ventes enregistrent une hausse de 11 % au premier semestre contrastant avec un marché textile globalement en repli de 3,7 % sur la même période (source IFM). Enfin, les achats effectués sur mobile décollent. La Fevad fait état d’une « progression exponentielle ». Depuis le 1er trimestre 2011, le CA trimestriel du « m-commerce » a été multiplié par quatre et atteint 5 % du CA en direct du panel iCM, contre 2 % il y a un an.

Thierry Barbaut
www.lesechos.fr