Archives de catégorie : DAM Digital Asset Management

Le Digital Asset Management, ou gestion des contenus multimédias est au cœur des préoccupations des entreprises de média et des départements marketing qui ont besoin de protéger leurs investissements en contenu multimédia. Les problématiques liées à la gestion de la propriété intellectuelle, aux régulations locales sur la diffusion des contenus ou encore à la réutilisation de contenus multimédia peuvent rapidement devenir ingérables face à l’explosion du nombre des contenus et la diversité des canaux de diffusion.

Développement numérique, entre miracle et mirage

Si les technologies numériques se diffusent rapidement à travers le monde, ce n’est pas le cas de la répartition des revenus qu’ils dégagent…

L’internet, les téléphones mobiles et d’autres technologies numériques se diffusent rapidement à travers le monde et particulièrement dans les pays en développement, mais les dividendes escomptés du numérique, à savoir une croissance plus forte, la création de plus d’emplois ainsi que de meilleurs services publics, ne sont pas à la hauteur des attentes !

Hélas, 60 % de la population mondiale reste exclue d’une économie numérique en constante expansion

Aujourd’hui et particulièrement sur le continent Africain, ce sont les personnes riches, compétentes et influentes qui bénéficient d’une expansion rapide du numérique, des personnes qui sont mieux placées pour tirer parti des nouvelles technologies.

Il faut également prendre en compte que malgré le fait que le nombre d’utilisateurs de l’internet dans le monde ait plus que triplé depuis 2005, quatre milliards de personnes n’y ont toujours pas encore accès !

Photo : Le mobile en Afrique, une arme de développement massive !

Le vecteur de développement du numérique n’est pas uniquement financier ou technologique, ce sont les politiques publiques qui doivent démocratiser l’accès

« Les technologies numériques transforment le monde des affaires, du travail et de l’administration publique », a déclaré Jim Yong Kim, le président du Groupe Banque mondiale. « Nous devons continuer à connecter tout le monde et ne laisser personne sur la touche, parce que le coût des opportunités perdues est énorme. Mais pour que les dividendes du numérique soient largement partagés entre toutes les franges de la société, les pays doivent aussi améliorer leur climat des affaires, investir dans l’éducation et la santé, et promouvoir la bonne gouvernance. »

photo : Les axes de développement du numérique en Afrique lors du premier Forum International sur la jeunesse et l’entrepreunariat organisé par le MEDEF à Paris en décembre 2016

Des technologies pour quels utilisateurs ?

Bien sur il existe de nombreux cas de succès individuels, mais le constat est sans appel, l’effet des technologies sur la productivité globale, l’accroissement des opportunités pour les pauvres et la classe moyenne, et la généralisation de la gouvernance responsable n’ont pas été à la hauteur des attentes. Les technologies numériques se diffusent rapidement, mais leurs dividendes comme la croissance, les emplois et services, tardent à suivre.

La révolution numérique est en train de transformer le monde, facilitant les flux d’information et la montée en puissance des pays en développement qui sont en mesure de tirer profit de ces nouvelles opportunités.

Le fait qu’aujourd’hui 40 % de la population mondiale soit connectée par l’internet constitue une transformation stupéfiante. S’il faut se féliciter de cet exploit, c’est également l’occasion d’imaginer que nous devons éviter de créer une nouvelle classe exlue. Dans un monde où près de 20 % de la population est incapable de lire et d’écrire, la seule diffusion des technologies numériques a peu de chances de combler le fossé du savoir.

Photo : une publicité vante « internet qui fonctionne » au Burundi – Crédits : Thierry Barbaut 2015 www.barbaut.net

« Dans les pays en voie de développement je préconise plus d’acheter une poule qu’un smartphone ou un ordinateur » Bill Gates, fondateur de Microsoft et de la Fondation Bille & Melinda

Les technologies numériques peuvent favoriser l’inclusion, l’efficacité et l’innovation

Plus de 40 % des adultes en Afrique de l’Est paient leurs factures de services publics par téléphone mobile avec le mobile money, M-pesa en tête avec plus de 2,8 millions de transactions par jours.

En Chine, huit millions d’entrepreneurs, dont un tiers de femmes, utilisent une plateforme de commerce en ligne pour vendre des produits à l’échelle nationale et les exporter vers 120 pays. L’Inde a fourni une identité numérique à caractère unique à près d’un milliard de personnes en cinq ans ; elle a par également élargi l’accès aux services publics et réduit la corruption sur ce front. Et dans le domaine des services de santé publique, de simples SMS se sont avérés efficaces pour rappeler à des personnes vivant avec le VIH de prendre leurs médicaments vitaux.

Les nouvelles technologies favorisent l’inclusion bancaire et freinent la corruption

Pour tenir toute la promesse de développement d’une nouvelle vague numérique, il faut développer deux grandes mesures : réduire la fracture numérique en rendant l’internet universel, abordable, ouvert et sûr ; et renforcer les réglementations qui garantissent la concurrence entre les entreprises, adapter les compétences des travailleurs aux exigences de la nouvelle économie, et promouvoir des institutions responsables. Le travail des institutions politiques en Afrique est prépondérant.

Les stratégies de développement du numérique doivent être d’une portée beaucoup plus importante que celle des stratégies pour les technologies de l’information et de la communication. Pour bénéficier au maximum du numérique, les pays doivent créer un environnement propice aux technologies : des réglementations spécifiques qui facilitent la concurrence et l’entrée sur les marchés, des compétences qui permettent aux travailleurs de tirer parti de l’économie numérique, et des institutions qui rendent compte aux citoyens. Les technologies numériques peuvent, quant à elles, accélérer le développement, l’effet levier ou synergie des NTIC est majeur.

Il sera indispensable, pour une large diffusion de l’internet, de développer les capacités d’analyse critique et de dispenser une formation fondamentale sur les TIC

Des axes de développement indispensables : investir dans les infrastructures de base, réduire le coût de la conduite des affaires, abaisser les barrières commerciales, faciliter l’entrée de start-up, renforcer les autorités de la concurrence, et faciliter la concurrence entre les plateformes numériques.

FORMER ! Si l’alphabétisation de base reste essentielle pour les enfants, il sera indispensable, pour une large diffusion de l’internet, d’inculquer des aptitudes cognitives d’ordre supérieur, de développer les capacités d’analyse critique et de dispenser une formation fondamentale sur les systèmes avancés de TIC. L’enseignement d’aptitudes techniques à un stade précoce et l’exposition des enfants à la technologie favorisent une meilleure maîtrise des TIC et influent sur les choix de carrière.

Les technologies numériques peuvent participer à transformer nos économies, nos sociétés et nos institutions publiques

Ces changements ne sont ni acquis ni automatiques. Les pays qui investissent à la fois dans les technologies numériques engrangeront des revenus importants, tandis que les autres resteront probablement écartés. Si elles ne reposent pas sur un socle solide, les technologies risquent de créer des disparités sur le plan économique, d’accroître les inégalités et d’ouvrir la voie à l’ingérence des pouvoirs publics.

Thierry Barbaut – www.info-afrique.com

Le DAM, Digital Asset Management: Solution intranet ou extranet permettant l’automatisation de processus de diffusion des contenus numériques

Le DAM est une nouvelle génération de solution de Media Asset Management, qui permet aux départements marketing, ventes et communications, d’automatiser leurs processus de distribution et de partage, de fichiers numériques, de manière efficace et rapide.
Il existe aussi le DMAM abréviation du Digital Média Asset Management, lus orienté « médias ».

 

Travaillant à présent sur la commercialisation de ces solutions, il me semble impératif de les présenter. Ceci également afin d’expliquer mon choix stratégique et en rapport direct avec mes métiers dans l’univers du digital.

C’est d’autant plus passionnant que c’est une réelle synergie qui s’opère avec le gigantesque marché du digital. En effet ce type d’outil a autant vocation à s’imposer en entreprise que les solutions de dématérialisation de contenus et les logiciels en mode SaaS (logiciels en tant que services). Ayant travaillé depuis 15 ans sur ces secteurs, je trouve donc ici une brique essentielle qui vient compléter une offre, et ainsi la rendre globale.

 

Les différents aspects techniques sont réunis sur les plateformes de Digital Asset Management (DAM) ou en Français mise a disposition de contenus numériques: Logiciel en mode Saas, administrables, internet – extranet – intranet, connexions aux différentes bases de données, respects des formats textes, images et vidéos, sécurisation, cloud, emails et emailing… Nous sommes loin des accès FTP et des problèmes associés.

Bref tout ce dont peut rêver une entreprise qui doit maitriser la diffusion de ses contenus avec optimisation de la qualité de couts et surtout une réactivité totale.
Fini les mauvais fichiers, les dossiers illisibles, les mauvaises résolutions, les formats incompatibles…
Votre plateforme représente et communique vos éléments numériques, avec en plus les outils de reporting qui vous délivrent des éléments clefs de votre communication, quels formats sont plébiscités, qui communique et avec quels outils, a quelle fréquence ?

 

Focus sur le DAM:

Les solutions du marché permettent de gérer de manière optimales les contenus numérique de manière homogène et ainsi d’optimiser et se sécuriser les transferts de contenus vers les partenaires, médias, agences de communication, presse etc…

Dérivé de la GED, Gestion Electronique de document, de la médiathèque online et proche de solutions de dématérialisation, cette solution permet aujourd’hui de nouvelles perspectives de communications !

Grâce à ces nouveaux outils online, vous optimisez vos processus de production et de partage de fichiers.

 

Il devient possible de centraliser tous vos fichiers dans un véritable portail Web tout en vous offrant des fonctionnalités puissantes de recherche, d’envoi par email des fichiers, de gestion des utilisateurs et des permissions. Les processus de révision et d’approbation sont automatisés et accélérés.

Les entreprises disposent donc d’un portail de Media Asset Management accessible en intranet ou Internet que l’on peut mettre en place après une étude et analyse du besoin.

Les Avantages d’un portail de gestion de contenus numériques

  • Organisation et gestion des fichiers numériques dans un référentiel centralisé  – accès depuis n’importe quel navigateur Web
  • Un outil idéal pour gérer des photos, graphiques, images, vidéo, audio, texte, et autres contenus
  • Envoi & partage de contenu en un simple clic de souris
  • Intégration parfaite avec la plupart des applications Microsoft Office et Suite Adobe
  • Approbation, révision et commentaires sur tout votre contenu numérique
  • Plate-forme moderne, personnalisable et pouvant s’intégrer avec des systèmes tels que des CMS

Pourquoi choisir d’installer ce type d’outil collaboratif:

  • – Installation et Paramétrage simples et rapides
  • – Maitrise des budgets
  • – Des fonctions puissantes en une seule et unique solution (Gestion de fichiers PowerPoint , Révision de contenu, Distribution de fichiers, Intégration avec Microsoft Office et Adobe CS)
  • – Modules complémentaires : Gestion de Marques (Brand Management), Vidéo, Portails/Réseaux sociaux, Web to Print
  • – Pas de problématique logicielle avec une solution SaaS disponible et administrable a volonté.

 

 

Mais un argument majeur du DAM est aussi d’auditer, d’analyser et de remettre parfaitement a jour l’ensemble de ses actifs numérique.

Passer d’un stockage de base en serveur ou FTP a une plateforme de partage va remettre a jour et valider l’ensemble de votre flux de données et d’y apporter une hiérarchie, une cohérence avec un partage optimisé responsabilisé (suivi des utilisateurs).

 

Types de DAM:

 

Il existe plusieurs grandes catégories de systèmes numériques de gestion d’actifs numériques, y compris:

 

  • Les marques: En mettant l’accent sur la facilitation de la réutilisation de contenu au sein de grandes organisations, le champ d’application est en grande partie marketing ou les ventes liées. Par exemple, l’image de produits, les logos, la commercialisation d’images associés.
  • Les systèmes de bibliothèque: En mettant l’accent sur le stockage et la fréquence de récupération de grandes quantités de documents et d’actifs médias. Par exemple, la vidéo ou la photo d’archivage.
  • Les systèmes de production: En mettant l’accent sur le contrôle de stockage, l’organisation et la fréquence de révision d’actifs numériques. Par exemple, la production de médias numériques, films, chaines TV, mais aussi extraits médias, images de synthèse.
  • Des services numériques de la chaîne d’approvisionnement: En mettant l’accent sur la promotion des contenus numérique vers les détaillants numériques. Par exemple, la musique, des vidéos et des jeux

Contactez-moi pour plus d’infomations sur les solutions disponible et pour toutes informations complémentaires en cliquant ici ou dans le menu du site sur « contact »

 

Thierry Barbaut